Enseigner / Animer avec bienveillance

Qu'est-ce que l'éducation bienveillante et émotionnelle ?

Il s'agit d'accompagner l'élève, l'enfant, l'adolescent à respecter ses besoins et ceux des autres, à développer une bonne estime de lui pour le rendre autonome, responsable et adapté à la vie en collectif.

Les compétences psycho-sociales

L'éducation bienveillante et émotionnelle reprend les compétences psycho-sociales mises en avant dans les nouveaux programmes 2016.

En 1993, l'Organisation Mondiale de la Santé propose cette définition des compétences psycho-sociales : Les compétences psychosociales sont la capacité d’une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne. C’est l’aptitude d’une personne à maintenir un état de bien-être mental, en adaptant un comportement approprié et positif, à l’occasion des relations entretenues avec les autres, sa propre culture et son environnement.

Elle les catégorise en 10 compétences :

  • Savoir résoudre des problèmes / Savoir prendre des décisions

  • Avoir une pensée créative / Avoir une pensée critique

  • Savoir communiquer efficacement / Être habile dans les relations interpersonnelles

  • Avoir conscience de soi / Avoir de l'empathie pour les autres

  • Savoir gérer son stress / Savoir gérer ses émotions

Suis-je un éducateur bienveillant ?

Le propos, ici, n'est pas de juger les éducateurs. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises manières d'éduquer, il y a des objectifs différents. L'éducation bienveillante et émotionnelle ne cherche pas à construire des enfants obéissants, elle vise à révéler les ressources de l'enfant pour qu'il devienne responsable. Il est évident que le chemin est long et que nous ne demanderons pas à un enfant de 7 ans d'être responsable, nous l'accompagnerons (et c'est notre responsabilité d'éducateur) à devenir un être responsable, capable de décider et de s'intégrer à un groupe.

Si je suis trop bienveillant alors je vais le laisser tout faire ?

Il est difficile d'être trop bienveillant. Les courants de non-violence, de bienveillance, de discipline positive et d'éducation émotionnelle travaillent précisément sur les limites, le cadre, les règles. La notion de contrat (à construire ensemble) est un des fondements de ces manières de penser.
Il est plus facile de poser un "non, c'est comme ça" sans se poser les questions suivantes : Est-ce vraiment interdit ? Est-ce vraiment dérangeant pour moi ou pour le collectif ou ai-je répondu non par automatisme parce que je n'ai pas pris le temps de réfléchir à l'acte ? Si je dis non maintenant je devrais maintenir ce non et pour tous, est-ce ce que je souhaite ? et quelle est la sanction si un enfant enfreint la règle ? Est- ce que cela ne me demande pas plus d'énergie de le surveiller pour qu'elle ne recommence pas plutôt que de la responsabiliser ?...
Co-construire une règle signifie de réfléchir aux besoins du groupe (éducateur, enfants, institutions). Selon son âge, l'enfant aura le plus souvent possible un espace de "négociable" dans la construction de la règle. L'éducateur bienveillant se posera,au préalable, la question des besoins de chacun, de ce qui est négociable (la couleur de la peinture, avant ou après la récréation...) et non-négociable (crier pendant que les autres se concentrent, taper)... Puis le groupe peut envisager les sanctions à poser en lien avec cette règle.